Blog Culture Martienne

Planète Mars et martiens dans l'imaginaire et la culture populaire / Planet Mars and martians in popular culture

Blog Culture Martienne

Les premiers hommes dans la lune / First Men in the Moon (1901) H.G. Wells

Les premiers hommes dans la lune / First Men in the Moon (1901) H.G. Wells

Quatrième de couverture
Connaissez-vous la Cavorite ? Grâce à cette invention, Bedford, un écrivain à l'âme d'aventurier, et Cavor, un savant idéaliste, parviennent à défier la gravité et, à bord d'un engin sphérique, s'envolent vers la Lune. Au terme d'un long voyage, ils découvrent des cratères gelés qui sont envahis de végétation tropicale dès qu'apparaît le Soleil. Mais les deux explorateurs n'avaient pas imaginé que la Lune puisse être habitée...
Roman d'anticipation dans la droite ligne de Jules Verne, Les premiers hommes dans la Lune mêle aventure, réflexions sociale et politique d'une étonnante modernité.

Si j'évoque ce titre principalement « lunaire », c'est que H.G. Wells y cite Mars à plusieurs reprises. Il ne faut pas oublier qu'il est l'auteur de deux chefs d’œuvres martiens : la nouvelle L'Œuf de cristal (1897) et le roman La Guerre des mondes (1898). Et qu'il citait déjà la planète rouge dans L'Étoile, nouvelle parue en 1897, mettant en place en avant ou en filigrane une culture martienne élaborée.

Ainsi, lorsque Cavor découvre le moyen de s'arracher à l'attraction terrestre, il évoque comme destination possible Mars :

“- Il y a Mars... une atmosphère claire, un milieu nouveau, une sensation exhilarante de légèreté... Ce serait agréable d'y aller !...
- Il y a de l'air dans Mars ?
- Oui, certes.”


Plus loin dans le texte, Wells évoque Sir Francis Galton (18221911), un anthropologue, généticien et statisticien britannique et considéré comme le fondateur de l'eugénisme et de la psychologie différentielle. Mais l'allusion ici fait référence à son article publié en 1896 Intelligible signals between neighbouring stars dans « Fornightly Review » sur les possibilités de communication entre les planètes et notamment Mars par une démonstration géométrique. Toutefois, Wells parle de lui (“regretté Professeur Galton”) comme s'il était décédé alors que ce n'était pas encore le cas.

Pour illustrer son propos quand aux différents codes de communication, Carvor explique :
“- Il se peut qu'ils ne comprennent pas notre objection à être traités de la sorte [en parlant des Sélénites]... Tout comme un habitant de Mars pourrait ne pas goûter notre habitude de nous pousser du coude.”

La dernière allusion à Mars fait référence à Nikola Tesla (18561943), inventeur et ingénieur austro-américain qui prétendait pouvoir construire une machine capable de communiquer avec Mars et d'autres planètes. Il rédigea un article, Talking with planets, publié dans Collier's Weekly le 09 janvier 1901. Mais cet article n'était pas encore publié lorsque le roman de H.G. Wells paraissait en feuilleton entre 1900 et 1901. Mais l'on sait que depuis 1896, Tesla pensait pouvoir transposer son émetteur pour capter des éventuelles ondes radios de l'espace. En 1899, il annonça même avoir capté une série de codes radios numériques cosmiques. Ses théories n'avaient donc pas de secret pour Wells.


1901 Les premiers hommes dans la lune (First Men in the Moon) H.G. Wells
(Éditions de l'Aube)
(Côte martienne Like a Star @ heaven)  (Côte plaisir Côte plaisirCôte plaisir)


Copyright © 2018 Culture Martienne Herveline Vinchon

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article