Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Fantômes et farfouilles - Brown
L'histoire

Dans la Vallée de la Mort, un chercheur d'or et sa monture, une âne du nom de Flapjack, voient atterrir un mystérieux ballon d'où sortent d'étranges créatures. Elles commencent à dresser un drôle de matériel qui s'avère être un outil de communication : un télépatheur sonique, permettant de traduire les pensées des gens quelque soit leur langage.
Or, c'est avec Flapjack que les Martiens échangent, persuadés que l'homme est un être inférieur, mais muni de mains, ce qui explique que l'âne, qui n'en a pas, ait eu besoin de l'asservir.
Le chercheur d'or n'accédant pas au langage de l'âne, ne perçoit qu'un échange  
unilatéral fait de questionnements ou de réponses à l'encontre de Flapjack. Ainsi, il apprend que les Martiens veulent s'installer sur Terre, seule planète accessible qui ne manque pas d'eau et dont l'atmosphère leur est favorable et qu'ils y parviendront de gré ou de force.
Mais c'est sans compter l'intelligence de l'âne qui, dans son langage, leur propose une idée différente et qui semble ravir tout le monde sauf le chercheur d'or qui ne comprend toujours rien aux braiments de sa monture.
Ainsi, les Martiens re-démontent leur attirail et repartent dans leur ballon, promettant de ne plus jamais venir importuner les terriens.
Et évidemment, le mystère reste entier quant à cette solution donnée par Flapjack. Ce qui compte c'est qu'il a sauvé la Terre d'une invasion martienne.

Arrow Fredric Brown aime les pieds-de-nez et ne s'en prive pas. Il n'hésite pas à nous tenir en haleine jusqu'au bout pour nous lâcher en pleine frustration. Il fait appel à la totale imagination du lecteur et ne laisse aucun élément qui puisse l'orienter vers une conclusion ou une autre. Dans cette nouvelle, d'ailleurs cela n'a guère d'importance.
Ce qui compte c'est que la Terre est été sauvée et si l'homme commence par se sentir rejeté, humilié, il n'en est pas moins reconnaissant envers son âne, car finalement, c'est son compagnon, son ami.
Il faut imaginer la vie dans le désert, la chaleur, la soif, la solitude. L'âne devient le seul compagnon de l'homme. Aussi rien d'étonnant à ce que l'animal soit affublé d'un nom. Plus rigolo, par contre, c'est que l'homme, très reconnaissant ou un peu naïf, ait ouvert un compte en banque à sa bête de somme car c'est elle qui avait découvert un filon d'or important en grattant la terre de ses sabots. Et Flapjack en profite bien, vidant à grande lampées des seaux entiers de bière.
Il y a donc dès le départ un anthropomorphisme de l'âne et donc rien de surprenant à ce que les Martiens y voir l'être le plus intelligent des deux.
 


Descriptions martiennes

Communication : Les martiens utilisent un télépatheur sonique (avec leviers, boutons et haut-parleur comme il y en avait sur les vieux phonos). L'un d'eux explique comment cela fonctionne : "c'est un appareil qui diffuse mes pensées qui sont reproduites dans le cerveau de celui qui m'écoute dans la langue qu'il parle habituellement. Les sons que vous croyez entendre ne sont pas les sons qui sortent du haut-parleur, lequel émet un ensemble de sons abstraits que votre subconscient, aidé par l'onde porteuse, interprète dans votre langue. L'appareil n'est pas sélectif, des êtres très différents, parlant n'importe quel nombre de langues différentes, comprendraient tous ce que je pense."
Invasion
: Les Martiens veulent s'installer sur Terre.
Martiens
: Monstres ou animaux, çà courait [...] tantôt debout et tantôt à quatre pattes. Tout debout, çà mesurait dans les un mètre vingt, à quatre pattes çà arrivait pas à hauteur du genou d'une fille, tellement leurs pattes étaient courtes...
Ressources : Planète qui se meurt. L'eau, l'atmosphère, les ressources minérales, tout y est pratiquement épuisé.

Technologies : Les martiens maîtrisent l'astronomie, la robotique, le voyage spatial, mais pas suffisamment pour mettre au point des voyages interstellaires. Ils débarquèrent dans un vaisseau martien, astronef en forme de boule de métal poli et dur, haut comme une maison de deux étages, propulsé par en dessous. Ils possèdent des armes : un objet paralysant ressemblant à une lampe de poche mais ils disposent en fait également
d'armes qui peuvent exterminer la population de la Terre en quelques jours.


1952 Moi, Flapjack et les Martiens (Me and Flapjack and the martians)  Fredric Brown & Mack Reynolds dans le recueil Fantômes et farfafouilles (Folio SF)
(Côte martienne Like a Star @ heavenLike a Star @ heaven)
 (Côte plaisir Côte plaisirCôte plaisirCôte plaisir)

Copyright © Culture Martienne 2007-2013

Tag(s) : #COTE MARTIENNE XXX

Partager cet article

Repost 0