Blog Culture Martienne

Planète Mars et martiens dans l'imaginaire et la culture populaire / Planet Mars and martians in popular culture

Blog Culture Martienne

Les Derniers et les premiers / Last and first men (1930) Olaf William Stapledon

Les derniers et les premiers - Stapledon


Quatrième de couverture
Deux mille millions d'années ! Tel est l'âge de l'humanité qui va bientôt disparaître. Mais, avant cet anéantissement, un homme de ce lointain avenir transmet à un homme de la génération d'Einstein l'histoire de son espèce aujourd'hui moribonde. Guerres monstrueuses, invasions, cataclysmes, tantôt naturels, tantôt suicidaires, jusqu'à la catastrophe finale, l'explosion du soleil en nova, qui, paradoxalement, peut donner une nouvelle chance aux hommes. Fresque immense que seule pouvait offrir une imagination aussi riche et aussi puissante que celle d'Olaf Stapledon.
Historien et philosophe, William Olaf Stapledon (1886-1950) est l'auteur d'une œuvre importante aux dimensions proprement cosmiques. C'est un visionnaire d'une admirable richesse. Les Derniers et les premiers font partie du même cycle que Les Derniers hommes à Londres, également publié dans Présence du Futur.

 

Est-ce la fin de l'humanité ? Oui. Mais auparavant, deux mille millions d'années vont s'écouler durant lesquelles des guerres se succèdent, l'homme redevient primitif, la Terre est envahie par les martiens... mais toujours, l'homme trouvera l'outil pour se défendre, avant de s'en servir pour se détruire.
Cette fresque dense élaborée par Olaf Stapledon est extraordinaire. Dans un délire visionnaire, il nous offre ainsi le destin de l'homme. Il dresse un panorama précis de son évolution, allant jusqu'à ce qu'il appelle le seizième et dernier homme. Seize évolutions amenant l'homme à progresser ou régresser mais qui toujours se redresse dans un cercle infernal. Mais l'homme va aussi rencontrer les martiens, ceux-là même qui les observaient déjà de Mars depuis des millions d'années avant de trouver le moment opportun de l'invasion. Des gènes vont se mêler, l'homme se croise, mute, s'adapte pour ne plus avoir la forme d'humanoïde.
Stapledon nous plonge dans cette vision avec conviction. Bien que dense, l'œuvre passionnante se dévore sans grand effort.

Descriptions martiennes

Art : Les martiens pratiquent la danse des nuages
Communication : Les martiens communiquent télépathiquement ou par ondes radio.
Faune & flore : Dans les premiers âges ont trouvait des forêts gigantesques, des mollusques, des sauterelles géantes et d'énormes créatures à pattes d'araignées.
Guerres : Engendrées par la Première invasion et les suivantes. Anéantis à chaque fois par les armes ou les maladies terrestres, les Martiens reviennent à chaque fois en ayant vaincu les causes de leurs défaites précédentes. Preuve de leur intelligence.
Invasion : C'est sous forme d'essaim que les martiens envahissent la terre dans 10 000 000 années après JC à la recherche d'eau et de végétaux nécessaires à leur survie. Plusieurs invasions se succèdent durant 50 000 ans avant d'arriver enfin à peupler la Terre s'arrogeant l'Antarctique, l'Australie et l'Afrique du Sud. Mais les conflits durent encore 300 000 ans.
Martiens : L'organisme martien est un petit
nuage vert dans lequel apparaît un faible noyau rouge et de mouvants filaments infrarouges le tout ressemblant fortement à une amibe. L'organisme martien a d'unique qu'il remplit les fonctions à la fois d'animal et de végétal.
Organisation : Les martiens sont dirigé par un esprit de groupe tel que, parfois, toute la planète constitue un seul individu biologique et psychologique. Ils peuvent s'organiser en trois formations : en ordre dispersé, en nuage compact et en nuage gélatineux extrêmement concentré. Ils forment une armée d'unités spécialisées et organisées.
Religion : La race martienne voue un culte aux diamants terrestres qui cherchent à libérer.
Ressources : Mars était un monde dont le volume était un peu près le dixième de celui de la terre. [...] La faible pesanteur alliée à l'atmosphère raréfiée de la planète, rendait la pression atmosphérique générale beaucoup plus légère que sur la Terre. Il y avait beaucoup moins d'oxygène, l'eau était aussi relativement rare. Il n'y avait ni mers ni océans, mais des lacs peu profonds et des marais, dont beaucoup s'asséchaient en été. Le climat était en général très sec mais très froid.
Technologie : Les martiens pratiquent l'agriculture, l'architecture, la physique, l'astronomie, l'optique, la chimie et la biochimie…
Villes : Les martiens n'ont pas besoin d'habitats sauf dans les régions arctiques. Constructions légères comme habitations ou comme entrepôts, greniers, ateliers ailleurs sur l'ensemble de la planète. Ornements fleuris ou gothiques.

 


Olaf William Stapledon Les Derniers et les premiers (Last and first men, 1930)
♦ Denoël - Présence du futur

 

Côte martienne Like a Star @ heavenLike a Star @ heavenLike a Star @ heaven    Côte plaisir Côte plaisirCôte plaisirCôte plaisir

Crédits images & textes ©2013 Herveline Vinchon - Ne pas reproduire sans autorisation

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

erwelyn 04/07/2007 16:08

Pour le blog présent c'est vrai que ces pages sont les plus importantes. Toutefois, il y a aussi beaucoup de passages révélant des architectures urbaines qui intéresseront les passionnés de villes futuristes.

Doc Mars 04/07/2007 15:15

C'est un roman étrange, il parait que le but de Stapledon n'était pas d'écrire de la SF mais de faire une fresque
de l'avenir de l'humanité à partir de 1930 sur 2 millions d'années. On peut déjà dire qu'il s'est trompé sur pas
mal de choses pour notre présent du moins .
L'intérêt pour moi de ce roman, c'est sa narration de l'invasion martienne et sa description minutieuse des
martiens, tout ceci se déroulant 10.000.000 années dans le futur avant que le virus découvert pour vaincre les
martiens ne fasse apparaitre la troisiéme race humaine (aprés les hominidés et nous ).
A lire (p.191 à 231) et survolez le reste.