Blog Culture Martienne

Planète Mars et martiens dans l'imaginaire et la culture populaire / Planet Mars and martians in popular culture

Blog Culture Martienne

Mars - La psychologie des astronautes (2007) SVJ n°213

La psychologie des astronautes

2007-08-12T072741Z-01-NOOTR-RTRIDSP-2-OFRTP-ESPACE-NAVETTE-SORTIE-20070812.jpgDans le Science et Vie Junior n°213 du mois de juin 2007, un article fort intéressant met le doigt sur le risque de pétage de plomb des astronautes en cas d'une mission martienne forcément de longue durée.
Déjà pour des missions sur la station Mir, on a constaté des crises de panique et il est plus que concevable que pour une mission martienne où il faudrait compter peut-être au moins trois années loin de la Terre, les membres soient confrontés à des situations psychologiquement dures à gérer.
Ainsi au travers d'un échange avec le psychologue américain Nick Kanas, SVJ nous dresse la liste des diverses situations à envisager afin d'éviter de nuire à la mission.

- La durée, la cohabitation forcée et l'organisation.
- L'arrachement initial à la Terre et la disparition de cette dernière dans le champ visuel des astronautes.
- Les liaisons amoureuses qui en trois ans sont tout à fait imaginables seraient nuisible en cas de disfonctionnement, ou pire, de triangle amoureux.
- Le syndrome du troisième quart, à savoir la joie puis la démoralisation de l'équipage arrivé en milieu de mission.
- La solitude et l'éloignement. 


L'équipage devra donc être soigneusement sélectionné, dans un équilibre qui "comptera donc les ultra placides et des légèrement anxieux pour compenser" Pourquoi, malgré tout légèrement anxieux ? Tout simplement pour que le niveau de danger et donc de réactivité soit maintenu sans pour autant sombrer dans la psychose. 
"Il faudra offrir aux astronautes les meilleures conditions de vie possibles : volume et surface habitable, architecture intérieure, qualité de l'isolation acoustique et des éclairages, distractions, rythme de travail, autonomie de décision, communications avec la Terre" Richard Heidmann (extrait de Les facteurs psychologiques sur
Planète Mars)
Une fois le décollage effectué, il faudra envisager un aménagement d'un emploi du temps intégrant jusqu'aux horaires des douches pour éviter les conflits, un traitement médicamenteux en cas de stress, un soutien psychologique informatisé et des accès codés à certains "bonus" en cas de crise (vidéos de famille, d'amis...) 

Pour en savoir plus sur la problématique de la psychologie liée aux missions à longue durée dans l'espace vous pouvez aussi lire les articles suivants :


L'Homme sur Mars : les contraintes du voyage
Mars, un si long voyage


Source photo ci-dessus - 2007/Reuters/Nasa TV - Copyright Reuters

Copyright © Culture Martienne 2008-2018

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

erwelyn 01/09/2007 23:35

Cela me parait insupportable comme idée de voyage, même si la récompense au bout est "miraculeuse" à l'échelle de l'humanité!!... Mais dans mon cas, 3 mois seraient largement suffisants pour que j'envisage le meurtre (en tant que victime d'ailleurs peut être!...) Déjà, je me vois mal faire du camping avec certains le temps d'un week-end...

Doc Mars 01/09/2007 19:19

Article trés intéressant mais un peu surréaliste en effet le probléme est de savoir tout simplement s'il y aura un jour une expédition humaine vers Mars! Au train que prennent les choses, 2050 semble plus qu'optimiste.
Ceci dit avec des moteurs plus efficaces le voyage pourrait être réduit à 3 mois l'aller, des cosmonautes entrainés ne s'étriperont donc pas en si peu de temps.