Le Père-Noël contre les martiens / Santa Claus conquers the Martians (1964) Webster

Publié le par Erwelyn

undefinedL'histoire : Sur Mars, les enfants martiens ne mangent plus leurs belles pilules nutritives, ne dorment plus et passent leur temps à regarder les programmes de la télévision terrienne et plus précisément celles qui parlent du Père Noël. Les parents inquiets, font appel au vieux sage martien Chochum qui leur explique que sur Terre, on est à l’approche des fêtes de Noël et que les enfants martiens, élevés comme des adultes et ne connaissant pas la joie de l’enfance, se rebellent et réclament eux aussi un Père Noël qui leur apporterait des jouets. 
Kimar, le père, Voldar, un martien extrêmement contestataire, Lomas et Dropo, le fanfaron un peu simplet qui s’est caché dans le vaisseau, partent donc dans leur vaisseau spatial chercher le Père Noël sur Terre.
undefined
Arrivés, ils remarquent qu’il y a plein de pères Noël. Ils enlèvent alors deux enfants, Billy et Betty qui leur apprennent que le vrai et l’unique Père Noël réside au pôle Nord où il tient sa fabrique de jouets. Là-bas les gamins tentent de s’échapper, mais d’abord inquiétés par un méchant ours, puis pétrifiés de froid, ils sont rattrapés par le robot Torg embarqué également avec l’équipage.

Finalement, les martiens parviennent à la fabrique et aidés de Torg et de leurs rayons paralysants, ils immobilisent les nains et la femme du Père Noël qui voulaient les contrer.
Très vite les médias annoncent l’enlèvement du Père Noël et le gouvernement tentera même d’envoyer une fusée à la poursuite des martiens. Mais ces derniers sont plus rapides et s’échappent sans peine.
Durant le voyage, Voldar veut tuer le Père Noël. Mais il échoue.
Enfin sur Mars, Billy et Betty rencontrent les deux enfants de Kimar et Moma, Bomar et Girmar et le Père Noël aidé de tout ce petit monde et d'une technologie très avancée commence la fabrication des jouets. Il n’y a qu’à appuyer sur des boutons ! Mais certains martiens malintentionnés cherchent à saboter l’entreprise. Heureusement Voldar et ses rebelles sont vite démasqués.
Quant à Dropo, le simplet, pour qui tout va bien, il accepte de devenir le Père Noël martien dont il porte déjà le costume.
Les petits terriens qui commencent à s’ennuyer de leurs parents repartent sur Terre avec le Père Noël qui pourra être là juste à temps pour faire sa tournée. Tout se finit donc très bien.

undefined undefined undefined

Pistolet à laser pétrifiant

Robot

Des martiens très prudents : extincteur

 

Arrow Ce film est une comédie très gentillette, un beau conte de Noël pour enfants. Bien sûr d'un point de vue science-fictionnesque, il est par bien des égards catalogué dans la rubrique "nanar". Ce qui n'est pas très gentil mais compréhensible. Le film a coûté moins de 200 000$. Le scénario est très naïf, les effets spéciaux inexistants. Mais les décors (ce sont des hangars d'aviation désaffectés de Long Island qui ont servis de décor), les costumes et certains éléments de l'histoire, aussi kitch soient-ils, pour nous aujourd'hui, ne sont pas dénués d'intérêts dans l'exploitation de l'imaginaire martien. Nous les détaillerons plus bas. 
Je crois qu'il faut vraiment le visionner avec un regard d'enfant pour accepter que tout tourne autour de bons sentiments. Il y a aussi beaucoup d'humour et des répliques vraiment hilarantes.
Le film est tombé dans le domaine public. Il est donc facilement regardable en streaming sur différents sites. On notera que même s'il est en anglais non sous-titré, le phrasé est très compréhensible même pour des gens qui, comme moi, sont loin d'être bilingues. C'est d'autant plus agréable que, les blagues font mouches sans difficultés.
Sinon, sachez que le réalisateur Nicholas Webster a également commis un autre "navet" martien, Mission Mars, tourné en 1968.

undefined undefined undefined

Mars et ses canaux

Vaisseau martien (inspiré d'un projet lunaire de Von Braun)

Bonjour martien : tête contre tête

Descriptions martiennes

Mars
: la planète apparaît deux fois : de moitié par un hublot et entière dans les profondeurs de l'espace. Elle est conforme à la vision qu'en avaient les astronomes à la fin du XIXème siècle c'est-à-dire avec ses lignes illustrant les canaux construits par les martiens.

undefinedMartiens : ils sont humanoïdes, avec une peau gris-verdâtre, ils parlent parfaitement l'anglais et l'écrivent aussi bien (leur signalisation en anglais "Warning" dans leur vaisseau, le prouve bien). Mais ils ont aussi leur langage, fait de signes géométriques, que l'on peut discerner sur l'écusson cousu sur leurs vêtements. Ils sont habillés d'une combinaison moulante et d'un casque à antennes qu'ils ne quittent jamais. Technologiquement très évolués, ils portent tous une ceinture permettant de communiquer à distance. Ils captent également jusqu'à la télévision terrienne, leurs usines sont automatisées, ils maîtrisent la robotique et les voyages spatiaux. Même si dans l'ensemble, les martiens semblent pacifiques, ils possèdent tout de même quelques armes comme ce pistolet au laser pétrifiant (en forme de sèche-cheveux), un bâton envoyant des décharges électriques, ou encore des fusils d'assaut très semblables aux nôtres.

undefined
L'organisation sociale
: les nantis vivent dans des appartements, les autres sont relégués dans les cavernes martiennes de terre rouge. Les enfants sont élevés de manière stricte et tout tourne autour de l'éducation. Ils jouent peu, préférant la télévision et lorsqu'ils dorment, un système d'apprentissage durant leur sommeil se déclenche et transmet via leurs antennes toutes sortes d'informations.

undefined
Nourriture
: la nourriture martienne est essentiellement à base de pilules nutritives. Ils ont les mêmes goûts que les terriens, seule la présentation diffère. 
Selon la couleur, il peut s'agir soit de bananes, de gâteau au chocolat, de glace ou de purée...





Le Père-Noël contre les martiens (Santa Claus conquers the Martians) (1964) Nicholas Webster avec John Call, Leonard Hicks, Vincent Beck... 
(Côte martienne Like a Star @ heavenLike a Star @ heaven) (Côte plaisir Côte plaisirCôte plaisir)

Copyright © Culture Martienne 2007-2013

Publié dans COTE MARTIENNE XX

Commenter cet article