Le martien (1972) Guy Scovel

Publié le par Erwelyn

L'histoire :
Un horrible gnome qui ne peut être qu'un martien, surgit dans la maison d'un couple, bousculant de sa roublardise leur quotidien.

Arrow Cela n'est pas sans nous rappeler les martiens horripilants de Martiens go home de Fredric Brown. Et cette très courte nouvelle arrive en peu de lignes à nous hérisser le poil tant ce martien est aussi laid qu'irritant. Bien sûr, il faut aussi en rire. D'autant que finalement, même si dans notre entourage, nous n'avons pas forcément des gens aussi monstrueux, combien sont-ils, malgré tout, en mesure de s'inviter chez vous de manière aussi impolie ? Reste à trouver le bon remède. D'ailleurs, Guy Scovel lève un mystère scientifique intéressant : s'il n'y a pas d'eau sur Mars... c'est peut-être tout simplement par ce que c'est mortel pour les martiens. Autrement dit, s'il y en avait eu, la vie ne se serait jamais développée ;-)

Descriptions martiennes :

Mars : la démarche même du martien confirme la faible pesanteur
Martien : de petite taille, très laid, difforme et gauche : un nez grotesque [...], des yeux vitreux et fixes (auxquels on ajoute des paupières flasques) et deux doubles oreilles velues qui pointaient vers l'arrière. La bouche possède des dents larges et espacées et une langue verte et sale. Une chevelure rousse et flamboyante très longue tombant au bas du dos et des membres d'une grande élasticité, cette dernière permettant à son corps de s'aplatir ou de s'étirer à volonté et de se reconstituer par la suite. L'épiderme transparent dévoile des veines jaunâtres, Sa difformité réside entre autre aussi en des fesses qui - si fesses il y avait ? - se situaient pour ainsi dire au milieu de son dos.
Eau : véritablement poison pour les martiens : Mais tandis que l'eau ruisselait sur son petit corps monstrueux, il se mit à rapetisser, à rapetisser, jusqu'à devenir un tas de chairs informes qui se mirent à fumer avant de disparaître.
Langage et intelligence :
"Rrrrrrr Goueb ! A plus B au carré !" Seule phrase prononcée et répétée par le martien. Sans doute si Guy Scovel parle martien, pourra-t-il nous éclairer ? Le langage semble un mélange de français et de martien. Cela traduit-il une vraie intelligence ou n'est-ce que singerie linguistique ? L'intégrité même du martien est mise en doute du fait de son hilarité constante : Je lui souris, par compassion, me demandant si les Martiens ne s'étaient pas débarrassés d'un débile encombrant comme nous autres, humains, jetons nos déchets au vide-ordure.


1972 Le martien  Guy Scovel D'abord publié dans le fanzine Nyarlathotep n°7 de décembre 1972, il est désormais en ligne sur ce blog avec l'aimable autorisation de son auteur. Télécharger le PDF
(Côte martienne Like a Star @ heavenLike a Star @ heaven)
(Côte plaisir Côte plaisirCôte plaisir)

Copyright © Culture Martienne 2008-2013

Publié dans COTE MARTIENNE XX

Commenter cet article

Doc Mars 03/03/2008 20:23

Je crois plutôt que c'est Scovel qui a été influencé. Tu n'as parlé du style qui n'est pas excellent.

Erwelyn 09/03/2008 21:58

Oui, bien sûr, ça va de soi. Quant au style, je ne pose pas trop en juge tant que ce n'est ni exécrable ni extraordinaire pour mériter de le signaler. J'ai trouvé la nouvelle sympathique et en comparaison de toutes celles que j'ai lu jusqu'à présent qui sont assez sombres, cell-ci est une petite bouffée d'air bien agréable.

Dom 03/03/2008 13:56

C'est un peu comme les Gremlins? Eux non plus, il ne faut pas les mettre en contact avec de l'eau!

Erwelyn 03/03/2008 14:29

Oui ! c'est vrai ! En écrivant l'article, ça m'est passé par la tête et puis, hop la référence est repartie, et j'ai oublié de l'évoquer. Merci Dom de le signaler. Serait-ce donc que les Gremlins étaient des martiens ?