Mission d'exploration / Survey team (1953) Philip K. Dick

Publié le par Erwelyn

L'histoire :
La terre est en guerre depuis 30 ans. Dévastée, couverte de cendres. Les humains ont du s'enterrer pour échapper aux retombées radioactives. Ils vivent comme des taupes dans des tunnels souterrains sans jamais voir le soleil et se nourrissent d'aliments cultivés en bac. L'espèce en vient à muter petit à petit. Seul espoir pour cette humanité blafarde, s'exiler sur une autre planète. Vénus ayant été déclarée inapte, une mission d'exploration est envoyée sur Mars.
Sur place, les équipes scientifiques (sémanticiens, concepteurs et autres minéralogistes...) trouvent un monde désolé, en ruine. Il semble qu'une civilisation martienne existait mais qu'après avoir pompé toutes les ressources de la planète, elle se soit exilée sur une autre planète où malheureusement, elle n'a pu s'adapter, retombant dans la barbarie. Du moins, c'est ce qu'expliquent les archives trouvées par les explorateurs. Mars est donc morte, inhabitable. Mais si les martiens ont trouvé une autre planète pour tenter de survivre, c'est celle-ci qu'il faut peut-être rejoindre pour sauver l'humanité.

Arrow  Les Martiens, c'est nous. Philip K. Dick a écrit ici sans aucun doute une de ses plus belles et plus terribles nouvelles. Emplie de mises en garde, de remord et de dénonciation de l'espèce humaine. La description de Mars comme terre d'asile potentielle renvoie à celle de la Terre que l'on cherche à fuir. C'est le dur constat que l'homme ne peut changer. C'est l'éternel recommencement, celui qui pousse une civilisation à s'élever jusqu'à sa destruction pour enfin se reconstruire. Mais quelles que soient les avancées, la finalité reste toujours fatale. Stapledon l'évoquait déjà en  1930 dans son livre Les derniers et les premiers. Ici, Dick condense cette évidence sur deux générations évolutives, la première martienne, la seconde terrienne. Mais si l'on croit qu'un tel constat arrêtera l'instinct destructeur de l'espèce humaine, c'est malheureusement bien utopique.

Descriptions martiennes :

Canaux : nom donné à de vagues rubans bleu-vert et brumeux qui ont pu être des fleuves.
Mars
: Un vilain globe désolé, rouge terne
. Atmosphère sèche et ténue, gravité plus faible. A fait l'objet d'expéditions robotisées. C'est une vieille planète poussiéreuse, froide et désolée. Pôles de glace. De l'eau gâtée et du sable stérile.

Martiens
: Ils étaient très évolués. Usines, industries, villes, rampes de lancement de fusées. Ont exploité toutes les ressources minières de la planète avant de s'enfuir vers une autre planète, il y a de çà environ six cent mille ans. Ils ont sucé Mars jusqu'à la moelle.

Paysage :
déserts et collines plissées
Voyage spatial
: Aucune mesure d'atterrissage. Le vaisseau se laisse écraser après que les astronautes s'en soient
extraits en sautant en parachute.


1953 Mission d'exploration (
Survey team) Philip K. Dick dans Un vaisseau fabuleux  (Folio SF)
(Côte martienne Like a Star @ heavenLike a Star @ heavenLike a Star @ heaven)
(Côte plaisir Côte plaisirCôte plaisirCôte plaisir)

Copyright © Culture Martienne 2007-2014

Publié dans COTE MARTIENNE XXX

Commenter cet article

Dominique 06/04/2008 11:56

En général, j'aime bien les nouvelles de P K. Dick, car les histoires répondent toujours à une logique très fine, et même si parfois, on en devine le dénouement, il y a toujours des leçons à en tirer sur la condition humaine et ses comportements. Voici une nouvelle à lire... ou à se faire lire ....!