Archeur (1998) Thierry Di Rollo

Publié le par Erwelyn

L'histoire :
Dans un futur proche. Archeur est un "suiveur". Emploi certes pitoyable mais au moins il en a un. Sur une Terre où les soldats sont remplacés par des clônes, il faut des gens pour comptabiliser et contrôler les morts sur les champs de bataille. Mais Archeur n'est pas un suiveur. Et lorsqu'un clone, survivant d'une guerre s'écrit : "Je ne suis pas un clone !", le bonhomme tente de voir plus loin que le bout de son nez. Envoyé en mission sur Mars, il va vite s'apercevoir que l'humanité déploie son effroyable perversité jusque dans les cavernes souterraines de la planète rouge (Où que l'homme pose son cul de miséreux, en plein Désert ou sur Mars, c'est uniquement pour exporter son enfer.)

Le roman de Di Rollo fait figure de roman initiatique. Le personnage est partagé entre ce qu'on lui impose de voir, ce qu'il refuse de voir et une réalité faussée par les apparences. Plusieurs thèmes sont exploités : le clonage, la dystopie, le totalitarisme, les nations-poubelles, la manipulation des souvenirs, la propagande ("Mars la rouge ! Mars, la planète de tous les possibles ! Celle dont vous rêviez tous ! Un monde vierge encore à conquérir, et qui vous le rendra au centuple !" ). La moitié du roman se passe d'abord sur une Terre surpeuplée où le taux de chômage n'est même plus mesurable, la seconde sur Mars, où des volontaires s'exilent dans l'espoir d'une vie meilleure. ("Mars vous tend les bras. Le monde de demain se conjugue au présent !")
Di Rollo soulève des problématiques intéressantes notamment sur la notion de réel, de vrai ou de faux, La possibilité aussi de s'exiler sur un autre monde (le nouveau monde) pour reconstruire ou élargir l'humanité, voire la sauver est un thème récurrent des romans de SF que l'auteur utilise mais à des fins diverses. Sous l'oeil d'Archeur se révèle une espèce humaine décadente, manipulée, contrôlée, humiliée. De vieilles coutumes barbares que l'on pourrait croire oubliées survivent au sein de cette misère sans nom. Comme le dit l'abominable Alfred : Sur Mars il n'y a pas de règles. Mais y en a-t-il plus sur Terre ? Entre anarchie et totalitarisme, quelle porte de sortie reste-t-il ? Et la recrudescence de racisme et de xénophobie liée à la manipulation des gènes, clonés et reclonés ne devrait-elle pas exhorter la population à se rebeller ? Archeur, tel un Candide, devra braver ses idées reçues, écouter ses doutes pour espérer sortir la tête haute de cet enfer.

Descriptions martiennes

Mars : tempêtes de poussière. Climat rude. Plaines de cailloux, volcans, cratères. De grandes vallées sanguines... A 77 millions de km de la Terre.
Lieu : La plaine du vent à une dizaines de kilomètres du mont Olympe.
Terraformation partielle : aux abords de l'astroport et quelques zones autour des dômes ce qui provoque dans ces zones des difficultés à respirer pleinement.
Exploitations : mines d'extraction souterraines de minerais réparties sur des centaines de kilomètres carré
Infrastructures : dômes repoussant le climat hostile extérieur par système de chauffage. Le hall de l'astroport : souterrain, immense, courbant l'espace en une coupole plutôt austère, au sommet de laquelle se dessinait un cercle verré de dimensions ridicules. L'Oeil de Mars, en quelques sorte... Colonne d'aspiration : elle aspire les nuages de givre planant dans les hauteurs du ciel martien. C'est elle qui fournit l'eau, la vapeur d'eau, et donc, l'oxygène, au sein des galeries [d'extraction].
Communication : par faisceaux supraluminiques entre la Terre et Mars.

Voyage spatial : 5 jours : trois d'accélération et deux de freinage grâce à un moteur anti-matière. Ce type de propulsion procède par désintégration de protons d'oxygène avec des antiprotons issus du même composant simple.


Archeur (1998) Thierry Di Rollo (Encrage)
(Côte martienne Like a Star @ heavenLike a Star @ heaven)
(Côte plaisir Côte plaisir Côte plaisir )

Copyright © Culture Martienne 2008-2013

Publié dans COTE MARTIENNE XX

Commenter cet article