Quand Lilly Rush rencontre les martiens

Publié le par Erwelyn

La famille Metz écoute un flash infos spécial à la radio
« Mesdames et messieurs. Nous interrompons notre programme musical pour vous faire part d’un bulletin spécial des nouvelles radiophoniques intercontinentales. A 19h30heure de Greenwich, le professeur Farel de l’observatoire de … à Chicago, Illinois, a signalé plusieurs explosions de gaz incandescent produisant à intervalles réguliers à la surface de la planète Mars :
« Il se passe quelque chose une forme arrondie émerge du cratère, il a une bouche en forme de bec, avec de la salive ; ce monstre vivant et frémissant, cette chose, peut à peine bouger ; la chose se dresse à présent et la foule reflue. Seigneur ! Ils prennent feu ! Le champ tout entier est la proie des flammes… Au moins quarante personnes, parmi lesquelles six soldats, sont mortes dans un champ à l’est… »
Mesdames et messieurs, l’heure est grave. Cela peut paraître absolument incroyable, mais les observations scientifiques ainsi que nos propres yeux nous amènent à la conclusion irréfutable que les étranges créatures qui ont atterri dans les champs du New Jersey, ce soir, sont l’avant-garde d’une armée d’invasion venue de la Planète Mars. »

Le téléphone sonne
Felton – Allo ? Oui. Très bien d’accord.
Audrey – Felton, qu’y-a-t-il ?
Felton – C’était Mme Brown, notre voisine. Les martiens sont à 1km et demi.
Audrey – Il faut s’en aller
Felton – Mais enfin…
Audrey – Dobber, ton manteau !
Felton – Où sont les clés de la voiture ?
Audrey – Dans ta poche. Il faut faire nos valises.
Dobber – Où est Locky ? On ne peut pas partir sans lui.
Felton – Le chien s’en sortira.
Audrey – Je m’en occupe.
Felton – Mais Audrey…
Audrey – Il est sûrement dans le jardin, je reviens tout de suite. Prend les affaires de Dobber, je reviens.

Plan sur une affiche « Missing » clouée sur un arbre.
Vendeur de journaux – Sensationnel ! Sensationnel ! Les martiens ont enlevé Audrey Metz !


C’est ainsi donc que le 30 octobre 1938, à la veille d’Halloween, alors que chacun choisi et prépare son costume, Orson Welles affole l'Amérique en adaptant La Guerre des mondes de H.G. Wells sous forme d'un flash d'information fictif. Et alors qu'elle se prépare à fuir l'invasion martienne en compagnie de son mari et de son fils, Audrey Metz s'évanouit dans la nature.
Après des années de spéculations sur la raison de sa disparition, ses ossements sont retrouvés au fond d'un puits. Lilly Rush et ses coéquipiers cherchent alors à comprendre ce qui lui est arrivé.

John Stillman
- Est-ce que vous croyez aux martiens ?
Lilly Rush – C’est la célèbre disparue des années 30 ?
John – Audrey W. Metz. C’était la fin du monde.
Lilly – Ma grand-mère avant huit ans. Elle en a cauchemardé pendant toute une année.
Scotty Valens – Je peux savoir de quoi vous parlez ?
John – Le 30 octobre 1938, Scotty, Orson Welles a été l’instigateur d’une diffusion radio de la Guerre des mondes.
Lilly – Il a fait comme s’il s’agissait d’un flash infos.
John – Les gens y ont cru. Des milliers de personnes pensaient que les martiens débarquaient. Panique générale dans tout le pays.
Lilly – Et Audrey a disparu cette nuit-là.
John – Et la légende est née.
Lilly – De nombreuses rumeurs ont commencé à circuler, genre : les martiens auraient enlevé Audrey.


Lilly Rush
et ses collègues se replongent dans les journaux de l’époque dans lesquels de nombreux récits témoignent de l’affolement général qui survint cette nuit là avant la découverte du canular radiophonique.

John – « Ma femme et moi l’avons entendu dans la voiture ; nous avons tout de suite fait demi-tour pour rentrer chez nous et embrasser nos enfants avant l’assaut final. »
Lilly – Et les églises ont organisé des prières d’apocalypse dans tout le pays.
Nick Vera – Un type a entendu ça en sortant de sa douche et toute la nuit, il a roulé avec une serviette autour de la taille pour aller voir sa fiancée.


Retour dans le passé, à la radio
« Dernière minute. Nous avons la confirmation que l’invasion était un canular. Une émission de radio. Le gouverneur a fait une déclaration : « C’était bien un canular. »»


La série Cold Case rend dans cet épisode un hommage à cette nuit particulière. Doit-on d'ailleurs aussi voir un clin d'oeil à Martiens go home, en appelant la voisine qui téléphone au début de l'épisode, Mme Brown, en référence à Fredric Brown ? Même si c'est un nom très passe-partout, comme Smith, la coïncidence serait fortuite.
Je terminerai la présentation de cet épisode sur les paroles du personnage de Felton, paroles qui ont du être prononcées par de nombreux témoins de cette soirée mémorable :

« On a vraiment cru que c'était la fin du monde. Orson Welles était un vrai fils de pute ! »


2007
Cold Case : La fin du monde (World’s end) – Episode 7 / Saison 5
(Côte martienne Like a Star @ heavenLike a Star @ heaven) (Côte plaisir )

Réalisateur : Roxann Dawson
Scénariste : Gavin Harris
Kathryn Morris : Lilly Rush
Danny Pino : Scotty Valens
John Finn : Tom Stillman
Jeremy Ratchford : Ronnie Vera
Thom Barry : Will Jeffries
Tracie Thoms : Kat Miller
Sonja Sohn : Toni Halstead
Bellamy Young : Audrey Metz (1938)
Tuc Watkins : Felton Metz (1938)
Ralph Waite : Felton Metz (2007)
Chip Hormess : Robert 'Dobber' Metz (1938)

   

 
Copyright © Culture Martienne 2008-2013

Commenter cet article

Doc Mars 01/11/2008 18:02

"Orson Welles était un vrai fils de p...!"
Surtout un metteur en scéne de génie ;o)
Au début de la retransmission, on précisait bien qu'il s'agissait d'une adaptation radiophonique du roman ce que peu d'auditeurs ont entendu avec les résultats que l'on connait.
En 1975, une radio vénézuélienne a refait avec succés le même coup à ses auditeurs comme quoi le concept marche toujours.
Hier soir les radios espagnoles ont diffusés leur version.
"Los extraterrestres vuelven a invadir la Tierra 70 años después"
http://www.heraldo.es/index.php/mod.noticias/mem.detalle/idnoticia.28730/relcategoria.311