Le dernier terrien / The last earthman (1965) Lester Del Rey

Publié le par Erwelyn

Le dernier terrien / The last earthman (1965) Lester Del ReyL'histoire
Les colons d'une lointaine étoile, Dale la Rouge, cherchent à se réapproprier leur planète-mère la Terre.

J'ai failli passer à côté de cette nouvelle. En fait en reprenant le n°23 de Galaxie où l'on trouvait la nouvelle Journal de bord, afin d'y lire pour une fois autre chose qui ne tourne pas autour de Mars, patatras... deux/trois mots clés me sautent aux yeux dès le début du récit : "vents rouges" et "double clair de lune".
Nous avons donc affaire ici à un récit évoquant une planète qui n'est effectivement pas Mars, puisque "très" lointaine. Pourtant, toutes les descriptions jusqu'à son surnom de "Dale la Rouge" font référence à notre planète préférée. On y retrouve les paysages habituels de plaines de sables, de vents, de poussière rouge. On évoque une colonisation avec des cités bien connues maintenant sous dôme, voire une civilisation ancienne et évoluée. Dale possède aussi deux lunes et si l'auteur n'avait pas en tête la planète Mars, qu'on m'y expédie de suite par le premier vaisseau en partance. D'ailleurs l'illustration de la couverture de la revue Worlds of IF - Science Fiction de Juillet 1965 Volume 15, No. 7 où est parue la nouvelle pour la première fois nous démontre que l'illustrateur McKenna ne s'y est pas laissé prendre non plus. Le vaisseau qui débarque sur Terre avec les immigrants de Dale n'est autre qu'une soucoupe volante, vaisseau qui dans l'inconscient collectif est bien rattaché à la planète Mars.
Donc, nouvelle martienne ou pas, ne pas l'évoquer ici aurait été sacrilège, l'hommage étant si flagrant.


1965 Le dernier terrien (The last earthman) Lester Del Rey
(Côte plaisirCôte plaisirCôte plaisir)

Copyright © Culture Martienne 2007-2013



The last earthman  illustré par McKenna

Photo : Copyright © Culture Martienne 2007-2013

mckenna-lastearthman.jpg

Publié dans MARS DANS LE TEXTE

Commenter cet article

Spooky 18/09/2013 13:36


C'est marrant cette évocation :)