Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les ides de Mars (1967) Peter RandaL'histoire
Elle débute directement sur Mars. Un astronaute en mission est aspergé par le mystérieux gaz d'un cactus martien. De retour sur Terre, Philippe Bréval renoue avec Gilda son ancienne fiancée mais le soir même de leurs retrouvailles le mari de la jeune femme leur tire dessus. Déclarés morts, ils se réveillent ensemble à la morgue. Après examen, ils s'avèrent que leur groupe sanguin a totalement muté vers un groupe inconnu. La mutation de Philippe est contagieuse mais les dons qu'elle engendre attirent certains qui veulent s'en servir pour asservir l'humanité. Le problème c'est que seuls Gilda et Philippe peuvent transformer en "martien" quelqu'un par le toucher. Ceux qui l'ont été par eux accidentellement ne peuvent pas le faire autrement qu'en se reproduisant "humainement". Ceux-là se lancent à la poursuite des deux jeunes gens pour les obliger à coopérer.

Peter Randa fait partie des auteurs qui ont enrichi durablement la collection Anticipation du Fleuve Noir. Son écriture peut aujourd'hui paraître assez désuète et ce roman, particulièrement, a surtout du ravir les ados de l'époque. Malgré tout on le relit avec plaisir. Le roman porte autant sur Mars et ce que le héros en a rapporté que sur le thème du mutant et de l'évolution de l'humanité,  rappelant A la poursuite des Slans de Van Vogt où les mutants, considérés comme des monstres sont chassés et persécutés.
" Je suis un mutant... Et après ? C'est un progrès de l'Homo sapiens... L'humanité devait s'attendre à ce que ça arrive un jour, et nous ne devons pas permettre qu'on commence par nous isoler et nous détruire."
Toutefois, il s'agit aussi pour des esprits mauvais de s'approprier les pouvoirs de ces nouveaux humains. Et le principal intérêt du roman réside en l'avenir de cette nouvelle race qui est extrapolée de façon assez précise vers la fin du récit.

Descriptions martiennes

Archéologie : ruines d'une civilisation martienne qui a du être aussi développée que les humains à une époque lointaine.
Canaux
: bandes géométriques de mousse rougeâtre

Faune : gros vers blancs de dix centimètre vivant dans la mousse et inoffensifs.
Flore : Mousse rougeâtre. Sortes de cactus mesurant deux mètres aux branches noires se terminant en entonnoirs évasés qui libèrent des micro-organismes, la seule vie martienne encore existante, en laissant s'écouler une sève qui se transforme en boule transparente au bout d'une tige qui s'étire comme un tentacule jusqu'à l'éclatement. (Principe très bien illustré sur la couverture)
Galactiques : Les générations futures des humains contaminés se feront appeler ainsi.
Martiens : Les deux derniers descendants (un mâle et une femelle) d'une civilisation évoluée qui a du s'adapter à la raréfaction de l'air : "un principe microscopique chargé de toute l'intelligence atavique d'une race vieille de plusieurs millénaires." Ils se projettent dans un hôte par le biais d'une plante-cactus. Humains mutants suite à la contamination provoquée par les deux martiens abrités dans les corps de Gilda et de Philippe. Point faible : allergie au parfum des oeillets. Ils ont une intelligence collective, d'essaim.
Mission martienne
: 1ère mission : Vaisseau automatisé Apollo 102. Découvrir si une colonisation est possible. 2ème mission : des femmes dans l'équipage.

Oxygène : raréfié. Besoin d'inhalateur
Pouvoirs
: régénération, télépathie, camouflage, infliger de graves blessures par simple contact, dédoublement, créer des illusions collectives
.
Ressouces : gisements


1967 Les ides de Mars Peter Randa (Fleuve Noir Anticipation)
(Côte martienne Like a Star @ heavenLike a Star @ heaven) (Côte plaisir Côte plaisir Côte plaisir )

Copyright © Culture Martienne 2007-2013

Tag(s) : #COTE MARTIENNE XX

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :