Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

olympusmons1.jpg
Olympus Mons
est un
volcan bouclier de la planète Mars situé sur la bordure nord-ouest du renflement de Tharsis. C'est le plus haut relief connu du système solaire, culminant à 21 229 m au-dessus du niveau de référence martien et 22,5 kilomètres en moyenne au-dessus de sa base — soit deux fois et demie la hauteur de l'Everest par rapport au niveau de la mer ; des altitudes supérieures sont encore très souvent publiées, même récemment sur des sites institutionnels américains tels ceux de la NASA, mais relèvent d'estimations du XXe siècle antérieures aux mesures de l'altimètre laser de Mars Global Surveyor (MOLA) et fondées sur un niveau de référence des altitudes martiennes alors inférieur de 4 à 6 km. Large de 648 km, il possède à son sommet une caldeira complexe d'environ 80 × 60 km résultant de la coalescence d'au moins six cratères enchevêtrés, attestant l'histoire mouvementée de la caldeira avec notamment la présence de grabens résultant de l'effondrement de la surface dans une faille.

olympusmons2.jpg
Depuis la fin du XIXe siècle, cette gigantesque formation était connue des astronomes comme une particularité à fort albédo avant que les sondes spatiales ne révèlent sa nature montagneuse. Son premier nom, Nix Olympica, en français « Neiges de l'Olympe », lui a été donné par l'astronome italien
Giovanni Schiaparelli en référence au mont Olympe situé en Grèce lorsque lui et ses successeurs entreprirent de cartographier la planète Mars à l'aide de lunettes astronomiques — bien avant l'exploration spatiale de la planète rouge, qui a commencé le 14 juillet 1965 avec Mariner 4. Ce toponyme faisait référence à l'apparence enneigée de cette zone, nix en latin signifiant « neige. » Il s'agit en fait de nuages de glace de CO2 accrochés à son sommet.
La nature volcanique de cette région n'a été comprise qu'au début des années 1970 avec la sonde Mariner 9, dont les clichés à bonne résolution ont permis d'identifier la caldeira et d'interpréter l'ensemble comme un gigantesque volcan bouclier : le résultat de l'empilement d'une lave très fluide émise par des cheminées volcaniques sur une durée suffisamment longue.

olympusmons3.jpg


En 2004, la caméra stéréo haute résolution (HRSC) de la sonde européenne Mars Express a identifié, sur les flancs d'Olympus Mons, des coulées de lave datées d'à peine 2 millions d'années. La jeunesse de celles-ci à l'échelle géologique suggère que le volcan pourrait encore être en activité.

La présence d'Olympus Mons affecte grandement la circulation atmosphérique, parfois jusqu'à une altitude d'une cinquantaine de kilomètres. Ainsi, l'atmosphère située sur les flancs du volcan, réchauffée par les rayons du soleil, serait parcourue par des mouvements ascendants. Cet air réchauffé se refroidirait en altitude et retomberait à distance du volcan. À proximité de la surface martienne, l'air serait comprimé et se réchaufferait. Une zone plus chaude entoure Olympus Mons à 10° environ du sommet du volcan. Cette zone, circulaire, large de 5 à 7° et située à environ cinq kilomètres d'altitude, se trouve à la base de l'escarpement et présente une élévation de température pouvant atteindre 30 K de plus que les zones environnantes. (Source : Wikipédia)

SimmonsVO-olympos.jpgLe Mont Olympus inspire les écrivains et les artistes

De par son altitude la plus élevée du système solaire et de son nom latin se traduisant en français par « mont Olympe », l'Olympus Mons est parfois le lieu de vie de dieux dans la littérature comme c'est le cas dans Ilium et Olympos de Dan
Simmons ou Mars aux ombres sœurs de Frederick Turner. Il peut encore être un des lieux principaux comme quand il est le siège de l'École de commandement militaire d'Olympus où sont formés les soldats de laturner-marsauxombressoeurs.jpg FORCE dans la saga Hypérion de Dan Simmons ou bien le lieu d'un festival annuel dans la Trilogie de Mars de Kim Stanley Robinson. L'escarpement est aussi le lieu d'une scène d'escalade dans la nouvelle Mars la verte (Green Mars) du recueil Les Martiens de Kim Stanley Robinson. La montagne peut aussi servir de décor comme dans la série télévisée Exosquad où se déroule une bataille ou bien dans la nouvelle Olympus Mons de William Walling où des colons se sont établis au pied de la montagne qui leur fournit l'essentiel de leur eau grâce à un système d'aqueducs détruits au cours d'une éruption.

Une chanson du groupe de rock américain Pixies sur l'album Trompe le monde y fait explicitement référence : Bird Dream of the Olympus Mons.

Autres oeuvres citant Olympus Mons

Brian Aldiss - 1999 Mars blanche (White Mars)
Isaac Asimov - 1977 L'élément qui manque (The missing item)
Terry Bisson
 
- 1990 Voyage vers la planète rouge (Voyage to the Red Planet)
Moore
(s) Gibbons (d) Higgins (c) - 1986
Watchmen
Stocquart & Loutte - 1992  Asimov : Les poisons de Mars
Robert F. Young - 1983 Le terrien perdu (The lost earthman)
Ian Watson
- 1977 L'inca de Mars (The martian inca)

Tag(s) : #GEOGRAPHIE MARTIENNE

Partager cet article

Repost 0