Ylla (1950) Ray Bradbury

Publié le par Erwelyn

1950chroniquesmartiennes-copie-1.jpgL'histoire
Sur Mars, on suit un couple de martiens : Mrs Ylla K. et son mari Mr Yll K. Un jour Ylla fait un rêve étrange : elle voit des géants d'1,85m venus de la troisième planète arrivant avec leur vaisseau - Nathaniel York et son second Bert. La première mission habitée interplanétaire. D'autres rêves surviennent où Nathaniel lui parle dans son langage qu'elle comprend sans savoir comment. Il lui parle de la Terre, plaisante, l'embrasse, lui souffle des airs de chansons, lui propose de la ramener sur Terre. Ylla se sent bien. Mais Yll, lui, commence à ressentir de la jalousie Jusqu'à ce qu'un vaisseau atterrisse vraiment non loin de chez eux. Son mari, le sait car il entend sa femme parler la nuit. Alors il se rend au rendez-vous prétextant une partie de chasse. Au loin, dans la maison Ylla entend de coup de fusil et quand Yll revient, il vide deux abeilles mortes de son arme.

Cette nouvelle a d'abord été publiée sous le titre I'll not look for wine dans le magazine MacLean’s en janvier 1950.
Dans Les chroniques martiennes, c'est la deuxième nouvelle datée de Février 1999 (2030, pour la réédition en 1990).

Outre les descriptions martiennes, la nouvelle repose sur la relation de couple de Mrs et Mr K. Un couple vieillissant  soumis à la routine bouleversé par les rêves étranges de la femme. Petit à petit la jalousie du mari prend toute la place. Cela se traduit par l'envie soudaine de vouloir éloigner sa femme de ses pensées oniriques. Mais le bien-être de Mrs K. la rend hermétique aux propositions de son mari. Dès lors, l'animosité de Mr K. devient si forte qu'un dénouement tragique ne peut être exclu. La grande subtilité du texte de Bradbury se trouve dans les non-dits qui clôturent lourdement ce texte magnifique..

Description martienne

Arme : un fusil à insectes : "un long tube jaunâtre se terminant par un soufflet et une détente" d'où jaillissent des abeilles dorées qui piquent et empoisonnent la cible.
Canaux : à certaines saisons, les canaux vides se remplissent d'une liqueur verte produite par les arbres à vin et dans laquelle il est agréable de se baigner
Climat : vent brûlant. Chaleur. Orages
Eau : quelques ruisseaux, dans quelques canaux grâce aux orages. L'eau est recyclée pour rafraîchir les maisons.
Enfants : leur jouet préféré est une araignée d'or qu'on suppose mécanique
Faune
: oiseaux de feu, poissons dans les canaux
Flore
: arbres à vin, fleurs à bouches jaunes

Langage : écriture hiéroglyphe
Lieux : Les Montagnes Bleues. Verte Vallée.
Mars
: ciel bleu

Martiens : peau cuivrée, yeux dorés, cheveux feuille-morte voix musicale. On les suppose petits puisque les humains leur apparaissent comme des géants.
Paysages : mer fossile, sable jaune, fleuves asséchés. Collines bleues
Ressources : fruits d'or, lave portée au blanc argent
Satellites : lunes jumelles blanches
Technologie
: Poudre magnétique pour nettoyer, livre chantant de métal (par effleurement des hiéroglyphes en relief), feu chimique, système de piliers arroseurs créant une pluie artificielle pour rafraîchir l'intérieur des maisons et le sol. Des lits de brume chimique.
Transport
: nacelles portées par des oiseaux de feu
Ville
: Xi. Maisons faites de colonne de cristal. Ouvertures triangulaires. Cités mortes.



1950
Ylla (Ylla / I'll not look for wine) Ray Bradbury (dans
Les chroniques martiennes, Folio SF)
(Côte martienne Like a Star @ heavenLike a Star @ heavenLike a Star @ heaven) (Côte plaisir Côte plaisir Côte plaisir Côte plaisir )

Copyright © Culture Martienne 2007-2013

Publié dans COTE MARTIENNE XXX

Commenter cet article

Spooky 11/09/2013 09:06


Sacré boulot en tous les cas, bises :)

Spooky 08/09/2013 12:06


Ahhh Bradbury. Incontournable :)

Erwelyn 11/09/2013 07:04



Je vais décrire chaque nouvelle par soucis d'exhaustivité mais je n'enverrai pas systématiquement une alerte si cela reste trop anecdotique. Mais dans l'article "synthèse" des cHroniques martiennes, chacun peut voir
l'avancée de mes lectures et les liens correspondants. Bise